Hongrie : au-delà des barbelés

Souvenez-vous l’été dernier

Porte d’entrée de l’espace Schengen, la Hongrie est l’un des pays les plus emblématiques de la crise migratoire qui touche l’Europe depuis l’été 2015. La photographe Stella Csilla Katona témoigne de l’arrivée des migrants dans son pays.

Construction d’un mur de trois mètres de haut, durcissement du droit d’asile, fermeture des camps d’accueil… Viktor Orban, Premier ministre affilié au parti conservateur Fidesz, multiplie les mesures sécuritaires et ferme les frontières de l’Europe.

Au cœur de l’été 2015, en pleine crise migratoire, la photographe hongroise Stella Csilla Katona témoigne de la situation. Elle réalise une série de clichés à Budapest et aux abords de la frontière avec la Serbie. La photojournaliste au Journal Francophone de Budapest (JFB) depuis 2012 se présente comme « une personne très visuelle dans sa pensée ».

Elle assiste alors à l’arrivée de migrants dans sa ville natale de Budapest, notamment à la gare de Keleti. Pendant plus de trois mois, Stella Csilla Katona rencontre des familles qui franchissent la frontière serbo-hongroise. Elle immortalise la colère qui règne dans le pays : celle des migrants, constamment entravés dans leur périple et celle des Hongrois, qui subissent les conséquences de cet exode massif.

Le long de la frontière, ses images racontent la construction de la clôture grillagée, notamment dans les villages frontaliers de Kübekháza, Ásotthalom, Subotica et Kanjiža.

Victoria Rouxel et Bisi Zhang

T'en veux encore ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *